La cuisine circulaire en constante évolution

 La cuisine circulaire en constante évolution

Les participants à une cuisine collective de la banque alimentaire Le Grenier des Collines, basée à Val-des-Monts. | Photo prise avant la pandémie.

Issues d’une longue tradition au Québec, datant de quelques décennies, les cuisines collectives continuent de réunir les gens tout en se modernisant, selon les dirigeants de deux organismes de l’Outaouais.

L’exemple de la cuisine rassembleuse de l’Alliance alimentaire de Papineau, située à Saint-André-Avellin, démontre bien l’évolution de ce projet central pour cet organisme.

« Lors de nos débuts, nous avons calqué le projet de cuisine collective sur celles qui existaient à l’époque. Il y a environ cinq ans, nous avons dû repenser la chose, puisque nos groupes se sont défaits », explique le directeur général de l’Alliance alimentaire de Papineau, Pascal Morel.

Plusieurs raisons justifient cette mutation. D’abord, il devenait plus difficile de rémunérer l’animatrice des cuisines, le financement n’étant pas toujours au rendez-vous. Mais, c’est surtout que les enfants qui participaient jadis ont migré vers les villes, et les parents ont vieilli. Bref, la relève n’était pas au rendez-vous.

« Il faut dire que notre organisme est un peu différent. Nous n’entrons pas dans une case comme les maisons de la famille et les banques alimentaires. Pour notre part, nous visons davantage l’autonomie et procédons de façon plus organique », poursuit M. Morel.

Cette philosophie relevant plus de la spontanéité que d’un choix réfléchi, les activités de ce centre particulier sont interreliées. « Nous croyons beaucoup à l’économie circulaire. Nous éduquons les gens de la plantation d’une graine à l’élaboration du compost. »

Effectivement, l’organisme donne accès à une bibliothèque de graines, développe ses propres jardins et perfectionne présentement son système de compostage. Plusieurs autres projets prennent place, tous ayant comme lien l’autonomie alimentaire.

« Nous organisons des cuisines collectives anti-gaspillage. Cela consiste à se servir de la nourriture que l’on récupère, dans les épiceries, mais aussi par le biais du glanage, en recyclant ce que les fermiers du coin ne peuvent pas vendre. » En échange, l’organisme fait la promotion, autant que possible, des agriculteurs locaux.

Le Grenier des Collines

C’est avec cet esprit que les cuisines collectives de la banque alimentaire Le Grenier des Collines, basée à Val-des-Monts, se sont alliées à l’Alliance alimentaire de Papineau et son escouade anti-gaspillage.

Or, ces rassemblements sont présentement paralysés par la pandémie. C’est que l’organisme, qui couvre une grande partie du territoire de la MRC des Collines-de-l’Outaouais, se rendant jusqu’à Quyon, à l’ouest, est complètement débordé.

« Depuis mars 2020, nous avons connu une hausse de 150 à 200 %. Nous sommes passés d’environ 550 bénéficiaires à 1 000. Ce chiffre se maintient, soulève la responsable de projets du Grenier des Collines, France Landry. Les légumes et fruits que nous avons l’habitude de transformer n’ont presque pas le temps de s’amocher. »

M. Morel fait valoir les bienfaits humains des rassemblements dans les cuisines. « C’est un bon moyen de briser l’isolement. » Les groupements sont généralement mixtes, constitués de gens souffrant de précarité, d’autres qui ne savent pas apprêter des plats ou encore des bénévoles voulant tout simplement aider.

L’Alliance alimentaire de Papineau est munie de deux cuisines fonctionnelles. L’organisme peut aussi se servir des installations municipales, dans l’éventualité où les habitants se trouvent à une distance considérable de leur emplacement. Il est donc plus stratégique d’y envoyer un de leurs intervenants coordonner sur place.

S’ajoute à leurs nombreuses ambitions le service Frigo qui roule, ayant servi plus de 10 000 repas sur tout le territoire de la MRC Papineau. L’organisation ambitieuse développe même un plus grand garde-manger encore. Au-delà de ses murs, le rêve de villages nourriciers tente de prendre forme.

« L’idée nous est venue d’Europe, où un de nos membres avait vu un village transformer leurs terrasses florales en de véritables potagers. Depuis 2012, nous avons planté quelques centaines d’arbres fruitiers ainsi que des petits fruits un peu partout dans la région. »

Alliance alimentaire
de Papineau

819 983-1714

alliancealimentairepapineau.com

Le Grenier des Collines

1 888 457-6426

legrenierdescollines.com

Charlotte Leblanc-Haentjens

charlotte@journalles2vallees.ca