La Maison de la famille de Gatineau, un havre à portée de bras

 La Maison de la famille de Gatineau, un havre à portée de bras

La Maison de la famille de Gatineau se veut un lieu inclusif de ressourcement et de référence dédié à la parentalité.

La Maison de la famille de Gatineau offre une panoplie de services et des activités d’apprentissage et de prévention aux familles de la région de la capitale nationale. Son but est d’améliorer le mieux-être des parents et leurs enfants.
« On propose des services et une programmation pour rompre l’isolement et pour soutenir les parents aussi, explique la directrice générale de l’organisme, Véronique Charron. On est dans la prévention également avec un esprit communautaire. Il y a des gens qui n’ont pas de famille dans la région. Ils viennent tisser des liens avec d’autres parents, les enfants entre eux. »
Coffre à jouets communautaire
Ce projet pilote constitue une initiative du regroupement de partenaires Grandir en santé tous ensemble (GESTE). Son objectif vise à permettre aux jeunes de 0 à 17 ans d’emprunter des jeux ou du matériel de sport, et ce, gratuitement.
Dans cette perspective, le coffre de la maison de la famille est installé à proximité du parc Saint-Cœur-de-Marie, dans le secteur Gatineau. Des caisses à jouets communautaires sont localisées aux Habitations St-René de l’Office municipal d’habitation de Gatineau (OMHG), au Centre d’animation familial ainsi qu’à Pointe Aux Jeunes.
Le concept consiste à emprunter ce matériel ludique puis de le ranger après l’utilisation. Les jouets, fournis par le regroupement GESTE, s’adressent autant aux enfants d’âge préscolaire, qu’aux
6 à 17 ans. Les coffres contiennent, entre autres, de l’équipement sportif, des craies et des jouets pour le sable.
Un service d’accompagnement spécialisé
La Maison de la famille de Gatineau offre également un service de soutien individualisé aux enfants en âge préscolaire diagnostiqués avec un retard global de développement, soit un DI ou un TSA.
Près de 30 accompagnatrices guident ainsi chaque jeune dans ses apprentissages, en CPE, garderie ou milieu familial. La Maison de la famille de Gatineau, en collaboration avec le CISSS de l’Outaouais, doit recruter, embaucher, fournir le personnel nécessaire et une aide lors des difficultés rencontrées.
« Cette année, je suis fière d’annoncer que nous avons pu offrir un service d’accompagnement à 40 enfants, s’enthousiasme la directrice générale, dans son rapport annuel de 2020. Il s’agit de 3 enfants de plus que l’an dernier ayant reçu un diagnostic DI, TSA grâce au programme IPI, ICI pour un total de 29 420 heures. »
Une halte-répit pour un moment privilégié
La halte-répit constitue un service de garde occasionnel et temporaire destiné aux enfants de moins de 5 ans. Celle-ci favorise la participation des parents tout en octroyant aux chérubins de côtoyer un autre milieu que la maison. Cette socialisation s’avère envisageable les mardis et mercredis par bloc de 4 h. Les samedis permettent aussi un répit à raison de 5 h.
Ce service de halte offre une possibilité au parent de suivre des ateliers sur la parentalité. Il peut aussi vivre une activité avec un seul de ses enfants ou lui donner un moment de pause s’il s’occupe de sa progéniture à plein temps.
Pour l’année 2019-2020, la halte-répit a accueilli plus de 200 enfants que ce soit le mardi, le vendredi, le samedi ou en semaine lors des activités régulières.
Des services aux plus vulnérables
En collaboration avec Centraide Outaouais, la Maison de la famille de Gatineau prend les inscriptions et commande les fournitures nécessaires pour donner un coup de pouce aux familles à faible revenu. Celles-ci ont notamment de la difficulté à assumer les coûts du matériel scolaire à la rentrée des classes. Le magasin partage de l’endroit devient alors un magasin général. Les ménages peuvent y acheter les effets scolaires avec un rabais de 25 %.
Avec la précarité additionnelle causée par la situation sanitaire, l’organisme a aussi mis en place, cette année, un service de dépannage alimentaire.
« Notre organisme ne le fournissait pas, souligne Véronique Charron. Avec la pandémie, beaucoup ont perdu leur emploi. La demande pour ça a augmenté, on a commencé à offrir
ce service. »
La vision à long terme du conseil d’administration de la Maison de la famille de Gatineau serait de devenir un centre de référencement. D’ailleurs, de nombreux partenariats communautaires et institutionnels interviennent déjà, que ce soit avec le CISSSO ou la Fondation pour l’alphabétisation,
par exemple.
« On aimerait rejoindre toute la famille, en impliquant les grands-parents et développer la coparentalité. On veut aussi proposer un volet de la paternité et ouvrir notre offre. »

Isabelle Yde

isabelley@journalles2vallees.ca