L’OUVERTURE FACE AUX ÉCOLES ALTERNATIVES EST-ELLE À FAIRE EN OUTAOUAIS

 L’OUVERTURE FACE AUX ÉCOLES ALTERNATIVES EST-ELLE À FAIRE EN OUTAOUAIS
La construction d’une nouvelle école primaire va conduire à accueillir une première école alternative sur le territoire du Centre de services scolaire des Draveurs. Cette nouvelle fait écho à un projet avorté du même acabit dans celle au Coeur-des-Vallées.

Mais au fait qu’est-ce qu’une école alternative ?

La pédagogie alternative est basée sur un enseignement différencié. Ce courant se distingue de l’éducation traditionnelle initiée dans le système scolaire.

Mais les écoles alternatives s’avèrent des établissements publics intégrés aux centres de services scolaires du Québec. Leur pédagogie est centrée sur une démarche d’apprentissage personnelle de l’élève. Elles en visent le développement global.

Ce qui la distingue du système traditionnel s’explique dans son approche participative, communautaire et humaniste. En effet, chaque intervenant qu’il soit de l’équipe de direction, enseignants et parents, joue un rôle actif dans l’épanouissement de l’élève.

Les objectifs du programme de formation de l’école québécoise du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur y sont respectés. Cependant, l’école alternative offre un cadre éducatif qui s’adapte aux besoins individuels des élèves.

Le Réseau des écoles publiques alternatives du Québec (REPAQ) détaille plusieurs éléments distinctifs à cette approche pédagogique sur son site internet.

« Elle prône : 1. Un cursus scolaire plus flexible : 7 ans au primaire, 5 ans au secondaire, mais sans distinction de niveau, afin de respecter le rythme d’apprentissage de chaque élève ;

2. Une évaluation de l’élève en continu, basée sur une approche qualitative et tripartite (qui implique l’enseignant, le parent et l’élève) ;

3. L’adoption d’un programme pédagogique centré sur la réalisation du projet personnel de l’élève. Cette approche permet d’optimiser le développement global de l’enfant, tant au niveau cognitif, que moral, langagier, socioaffectif, psychomoteur et neurologique ;

4. La formation de groupes multiâges dans lesquels l’enfant est amené à développer son identité et ses compétences, par le partage et la coopération.

5. La valorisation du rôle des parents en tant que co-éducateurs et cogestionnaires de l’école, dans l’optique de renforcer et de concrétiser les valeurs de l’école alternative ;

6. L’attribution d’un rôle majeur à l’enseignant-guide, qui, par son implication au sein de l’équipe-école, assure la cohésion et la cohérence des interventions auprès des élèves.

7. L’implication active de l’élève dans les décisions de l’école, ainsi que dans la vie sociale scolaire, dans le but de développer son sens de citoyen responsable, critique et engagé. »

Plusieurs noms sonnent en écho lorsqu’il est question de pédagogie alternative. Peut-être que Montessori, Freinet, Decroly ou Steiner-Waldorf vous interpellent. En Outaouais, plusieurs écoles Montessori ont vu le jour avec le temps. Les aspects de cette pédagogie ouverte intègrent également le programme éducatif instauré dans les centres de la petite enfance québécois.

Bien que la création d’une école alternative provienne de la communauté, les tentatives d’implanter un tel modèle en Outaouais ne se sont pas toujours avérées fructueuses.

LE MODÈLE MONTESSORI

La pédagogie Montessori repose sur l’éducation sensorielle et kinesthésique de l’enfant. Elle tient son nom de Maria Montessori.

« Au Québec, sa pédagogie est présente depuis plus de 30 ans, peuton lire sur le site montessori.quebec. Le nom “Montessori” n’étant pas protégé, une grande variété d’écoles se sont nommées ainsi.

Certaines se sont inspirées de la pédagogie et d’autres ont fait une réelle démarche pour choisir pleinement la méthode Montessori. Cette démarche passe nécessairement par la formation de ses éducateurs et éducatrices dans des centres de formation Montessori certifiés et par le respect d’un certain nombre de critères minimums, assurant une certaine fidélité à la pédagogie. »

Plusieurs écoles de la région en utilisent le vocable pour se caractériser.

LA PÉDAGOGIE WALDORF

Dans les écoles Waldorf, l’enseignement est un art où l’enfant est considéré dans sa globalité. La pédagogie Waldorf vise ainsi à s’assurer du développement cognitif des enfants, mais aussi à leur épanouissement émotionnel et physique, tout en respectant le rythme et l’unicité de chacun.

Dès lors, son curriculum tient compte du sens du merveilleux et nourrit l’imaginaire des enfants. Les jeunes apprennent dans un environnement bienveillant respectueux de leur rythme, mais aussi vecteur de leur motivation. L’Association de la pédagogie Waldorf au Québec explique son essence sur son site internet.

« Un des buts premiers de la pédagogie Waldorf est de permettre aux enfants de vivre des expériences qui les aideront à relever les défis du futur. En développant une pensée claire et des valeurs solides, ils auront plus tard les forces qui leur permettront de s’investir à améliorer le monde. »

« Dans les écoles Waldorf, les enfants étudient le monde en partant de leurs mains et de leur coeur et font passer ces expériences vers leur esprit avec joie et ouverture. Chaque enfant apprend mieux par sa volonté propre, et c’est sur le développement de celleci que la pédagogie Waldorf fonde son approche. »

Pédagogie Montessori
montessori.quebec

Réseau des écoles publiques alternatives du Québec
repaq.org

Isabelle Yde

isabelley@journalles2vallees.ca